De la dot symbolique à la dot-facture

Posted: June 4, 2011 in General, Uncategorized

Auteur : Pauline Lomata

Le Professeur MBOYO-EPEMGE décrit le mariage congolais comme étant « une institution qui, à la demande propre de jeunes gens de sexes différents, futurs époux, ou à la demande d’un membre du clan, en accord avec un autre membre d’un autre clan non apparenté, réunit solennellement et publiquement les membres du clan des futurs époux, en présence ou non de ces derniers, en vue de proclamer, après acceptation de la dot, l’union conjugale de jeunes gens et de leur clan en leur souhaitant bonheur et procréation ».

Traditionnellement, le lien tissé entre deux familles est matérialisé via la dot, qui représente en quelque sorte leur consentement mutuel. Elle permet aux familles de se rencontrer, d’apprendre à se connaitre, de se respecter, s’apprécier et fraterniser à cette occasion. Il est vrai que la dot existait également dans la culture occidentale mais cette dernière ne regroupait pas les mêmes caractéristiques que la dot africaine. La différence réside dans le fait que dans la vision africaine, les biens apportés par le futur mari ou sa famille ne profitent guère au nouveau foyer mais simultanément à la famille de la femme et à la femme elle-même. La dot permet de légitimer le mariage et de ce mariage naitront les enfants légitimes. De plus, les différents biens peuvent varier selon la région, la tribu, les coutumes et sont le plus souvent soit des biens consommés par leur premier usage tel que de la nourriture soit des biens à usage prolongé comme par exemple des pagnes.

Pages: 1 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s